2014: l'année Joséphine

Fille de riches colons martiniquais, prisonnière pendant la Révolution puis Impératrice des Français, Joséphine de Beauharnais fut une femme moderne et passionnée, amoureuse des hommes, de la musique et de l'art des jardins. Un destin hors du commun, qui sera au centre notamment de l'exposition "Incomparable Joséphine" qui s'ouvrira au Grand Palais le 29 juin prochain. 

Joséphine Bonarparte

Née en 1763 en Martinique, Joséphine s’appelait, à l’origine, Marie-Josèphe-Rose de La Pagerie. A 16 ans seulement, elle est envoyée à Paris où elle épouse en 1779 le chevalier Alexandre de Beauharnais. Deux enfants plus tard, le couple est séparé par l’histoire: Rose est emprisonnée sous la Révolution et son époux guillotiné. Elle évite de justesse l’échafaud et est libérée en 1794. Rose reprend alors sa vie de mondaine, rencontrant de nombreux problèmes financiers. C’est en 1796 qu’elle fait la connaissance de Napoléon Bonaparte, puis l’épouse. Jaloux de ses anciens amants, le général transforme alors le deuxième prénom de sa femme, qui devient alors Joséphine. Leur relation est tumultueuse, Joséphine multiplie les infidélités lors des absences de son mari. En 1804, elle est couronnée Impératrice des Français, jouant dès lors, un rôle important auprès de Napoléon. Malheureusement, Joséphine est incapable de donner un héritier au trône, le couple divorce en 1809. Elle connait alors une retraite dorée, entièrement financée par Napoléon, dans son château de la Malmaison. Elle meurt en 1814 à la suite d’un mauvais coup de froid.

Incomparable Joséphine

Célébrant le bicentenaire de la mort de Joséphine, nombre d'expositions s'ouvriront à Paris dès le printemps 2014. Sous son dôme de verre et sous le titre "Incomparable Joséphine", le Grand Palais rassemblera notamment, du 12 mars au 29 juin prochain, les principales œuvres de la collection d’art de Joséphine et quelques-uns de ses souvenirs. Les visiteurs pourront ainsi découvrir sa vie, de ses origines martiniquaises à son couronnement à Notre-Dame de Paris,  jusqu’à ses derniers jours. L’occasion de pénétrer dans l'intimité d'une femme exceptionnelle et de mieux comprendre son influence sur les modes et les mœurs de son époque.

Clémentine

Photo : DR