Rétrospective Edward Hopper au Grand Palais

© DRCopyright

Il fut le peintre de la solitude, des atmosphères de désolation, témoin à décharge d’un monde humain débarrassé de son humanité. Fasciné par l’architecture et les paysages désertés de la ruralité américaine, il fut le seul peut-être à avoir réussi l’improbable conjugaison du réalisme photographique et du flou impressionniste.

L’exposition que lui consacrera cet automne le Grand Palais s’organise en deux grandes périodes : la première est consacrée aux années de formation du peintre, à ses voyages en Europe - notamment à Paris dès 1906, où il se passionna entre autres choses pour le travail photographique d’Eugène Atget - jusqu’à son retour définitif aux États-Unis en 1908. Amoureux de la France et de sa poésie, il ne sera pourtant nullement influencé par sa peinture moderniste. De son séjour à Paris, il dira bien avoir entendu parler de Gertrude Stein, mais nullement de Picasso…

La deuxième période correspond aux œuvres de la « maturité », où, avec un voyeurisme parfois dérangeant, Hopper va dépeindre une certaine société américaine, celle des classes moyennes essentiellement, new yorkaises ou provinciales, restituant dans ses peintures son mal de vivre, sa mélancolie, mais aussi ses lieux de prédilection, devenus autant d’attributs emblématiques, du motel au «diner» en passant par la station-service ou le bar de nuit. On est à des années lumière de l’iconographie rieuse des années folles.

On a rarement vu, ailleurs que chez Hopper, image aussi simples, presque banales, chargées d’autant d’intensité... telle cette Maison près de la voie ferrée de 1925 (ce tableau figurera-t-il au catalogue de l’exposition ? On n’ose imaginer le contraire.) Il faudra d’ailleurs un jour percer le mystère de la fascination qu’exerce ce tableau – «une maison laide à un endroit laid», résumera un critique - qui, de Hitchcock (Psychose) à Tim Burton (Bettlejuice) a influencé des générations d’artistes.

Rendez-vous en octobre.

N.H.

 

Photo : Summertime (1943) Delaware Art Museum. DR