Quinquas, une nouvelle vie commence

Les crises existentielles rythmant les jeunes années et les inquiétudes des quadras ne sont plus : les heureux quinquas se connaissent enfin, ils savent ce qu’ils veulent et ce qu’ils recherchent. Prêts à croquer la vie à pleines dents !

  • 1/2

Sûre d’elle et de ses compétences

La quinqua actuelle a connu la télévision en noir et blanc, s’est éclatée sur les pistes de danse au son des Démons de Minuit ou de Nuit de folie avant de trouver son mari et de fonder une famille. Aujourd’hui, elle a passé une vingtaine d’années dans son entreprise tout en élevant ses enfants, devenus grands. Libérée des entraves du rythme « métro-boulot-dodo » puis de celui du « métro-boulot-famille », elle peut / veut désormais penser à elle.

A cinquante ans, l’heure n’est ni aux interrogations existentielles ni aux inquiétudes face à l’avenir : la vie vaut la peine d’être vécue pleinement. Une philosophie « Carpe Diem » accompagne désormais le quotidien. Il ne s’agit plus de « faire plaisir » mais de « SE faire plaisir » : une petite nuance qui envoie valser les conventions. Vous ne faites plus les choses qui vous pèsent et vous ne côtoyez plus les casse-pieds - ayant compris que le temps passé ainsi est du temps gâché.

Vous gagnez en simplicité. Inutile de charger votre maquillage : vous n’êtes plus la gamine de 20 ans qui souhaite affirmer (rechercher ?!) son identité. Une touche discrète tout en arborant votre plus beau sourire, telle est la clé de votre beauté ! A cela s’ajoutent l’élégance, la finesse et la sagesse de l’expérience.

Sûre de vous, vous n’êtes pas la «senior» si difficile à recaser sur le marché de l’emploi. Forte de votre expertise et de vos outils solidement développés pendant votre première carrière, vous, quinquas, vous êtes typiquement le style de personnes recherchées par les chasseurs de tête. Et, à l’heure où l’on a plusieurs vies professionnelles, tout est permis : il vous suffit de définir vos rêves. Exit le salariat ? Welcome l’entrepreneuriat ? Là encore, vous saurez qu’il est préférable de formuler une seule bonne résolution, raisonnable et réaliste plutôt que d’en souhaiter des dizaines plus farfelues les unes que les autres. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas de réduire le champ des possibles : il s’agit seulement de l’inscrire dans la réalité pour lui donner une dimension concrète et opérationnelle.