Le point G en point de mire : mythe ou réalité ?

© DRCopyright

 

Connaissez-vous le point G ?

Le point de Gräfenberg, plus communément appelé le point G, est considéré comme la clé de la jouissance féminine. Mais qu'en-est-il réellement? Cette zone érogène a été découverte dans les années 1950 par le scientifique éponyme, Ernest Gräfenberg. Le point G fonctionne par stimulation et se traduit par une excitation sans pareille du vagin, voire du corps tout entier ! Toutes les femmes, cependant, n’y sont pas sensibles de la même manière. Il est donc important d'apprendre à repérer et à connaître cette zone érogène. On lui a attribué diverses appellations, plus ou moins poétiques : « clitoris interne », « perle noire » ou « Porte du Paradis ». On dit qu’elle procure un orgasme d’une intensité sans pareille, d’où sa mythique popularité auprès des femmes comme des hommes, ces derniers n’hésitant pas à partir vaillamment en quête de ce point légendaire qui leur permettra de faire la différence auprès de leurs partenaires féminines.

Le point G: un mythe qui n'en est plus un !

Même si les preuves de sa position exacte n’ont toujours pas été apportées à ce jour, son existence n’est plus à démontrer pour la majeure partie des sexologues.  De nombreux psychanalystes affirment également que le point G existe bel et bien, et que ce plaisir féminin-là n'est pas seulement d'ordre anatomique. La dimension psychologique de ce plaisir orgasmique ne ferait guère de doute non plus. Les femmes possèderaient donc des zones érogènes qui leur sont propres, et qui varieraient en fonction du positionnement et de la taille de leur point G.

Où se situe le point G ?

Il est difficile à trouver. Le situer à un point précis de l'organe génital féminin relève quasiment de l’impossible, sur un plan général. Mais alors, comment le reconnaître ? Il a, dit-on, la particularité d'avoir une forme sphérique et rugueuse facilement reconnaissable au toucher. Il ne mesure que quelques centimètres, et se trouve juste derrière l'os du pubis, plus précisément dans la façade intérieure du vagin. Selon l'anatomie particulière de chaque femme, il peut se trouver soit à environ 2 à 5 cm après l'entrée du vagin, soit tout au fond. Pour être certaine qu'il s'agisse bien du point G, stimulez la zone au moyen de mouvements circulaires délicats. Si vous ressentez une sensation agréable et spontanée ou une légère envie d'uriner, alors vous y êtes! C’est aussi ce point sensible qui est à l’origine de l’éjaculation des fameuses « femmes fontaines ».

Les techniques de stimulations du point G

La recherche du point G peut se faire de différentes manières, soit par la stimulation de son propre corps soit à deux, en apprenant à éveiller le corps de son partenaire et vice-versa.

En éveillant son propre corps :

Pour cela, commencez par introduire un doigt dans la partie interne du vagin. C'est la stimulation dite «manuelle». Instantanément, vous devriez être capable de ressentir par vous-même si oui ou non vous êtes au bon endroit. La stimulation en solo provoque une réaction très sensible de l'organe qui finira par gonfler puis durcir et provoquer enfin l'éjaculation chez la femme. Quant à vous messieurs, stimulez cette zone érogène avec modération, afin de ne pas gâcher le plaisir de votre partenaire en la menant trop tôt à la jouissance. De nombreux sexologues préconisent une « self-stimulation » du point G chez les femmes. Des études ont montré qu'une femme qui pratique la masturbation arrive plus souvent à atteindre la jouissance extrême lors des rapports sexuels avec son partenaire qu'une femme qui ne la pratique pas. La connaissance de ce point permettra à la femme d’orienter son partenaire vers un état de plaisir commun.

En éveillant le corps de son partenaire :

En couple, la stimulation de ce point peut se faire par le choix de certaines positions, comme la cavalière, par laquelle la femme chevauche son partenaire, la position de la levrette ou encore la position du missionnaire revisité, où la femme posera ses jambes sur les épaules de son partenaire. Autrement, il vous restera toujours la solution du sex toy ! Préférez ceux qui proposent une double stimulation du clitoris et du point G. Messieurs, gardez bien à l’esprit que les femmes ont souvent besoin, dans les ébats amoureux, de ressentir une réelle complicité, et de beaucoup d’attention. N’hésitez pas à variez le lieu (préférez-les romantiques ou joliment érotiques), le moment, les positions ainsi que les mouvements de pénétration lors de vos ébats sexuels.

Oh, un dernier conseil, en forme de citation, pour toutes celles qui n’auraient pas naturellement la fibre exploratrice : « Nous devons apprendre la patience dans l’impatience ». Dixit Edgar Morin.

28/02/2012

Béatrice Durance