Clitoridienne ou vaginale : quelles différences ?

© DRCopyright

Le rôle du clitoris dans le plaisir féminin

Lorsque l’on s’intéresse de près à la fonction du clitoris, on peut être tenté de conclure hâtivement que toutes les femmes sont en réalité clitoridiennes. Le clitoris est en effet le principal organe du plaisir chez la femme et n’a d’ailleurs aucune autre fonction. Morphologiquement, le clitoris est plus ou moins l’équivalent du pénis de l’homme. Son extrémité, soit la partie visible, est donc composé d’un gland qui est par ailleurs beaucoup plus sensible que le gland masculin.

Que ce soit dans le cadre de la masturbation ou de préliminaires, le plaisir clitoridien répond donc davantage à une stimulation physique non contrôlée que le plaisir vaginal qui fait plutôt appel au psychologique.  Les femmes qui pratiquent la masturbation ont d’ailleurs majoritairement tendance à stimuler cette zone pour atteindre plus rapidement l’orgasme.

La complexité du plaisir vaginal 

En ce qui concerne le plaisir vaginal, soit celui provoqué par la pénétration, son explication est bien plus complexe. Peu de personnes le savent, mais le fameux point « G » situé dans la vagin n’est en réalité que le prolongement internet du clitoris dont la partie visible ne représente qu’une infime portion de l’organe complet.
Le plaisir vaginal est donc étroitement lié au plaisir clitoridien, à la différence qu’il provoque des contractions internes involontaires et rythmiques plus ou moins fortes au moment de l’orgasme.  L’orgasme vaginal existe donc bel et bien mais ne peut réellement être dissocié de l’orgasme clitoridien.  Il est par ailleurs beaucoup plus difficile à atteindre car il nécessite un certain confort et une excitation préalable, et donc une stimulation psychologique forte. La plupart des femmes qui se disent « vaginales » avouent d’ailleurs n’atteindre l’orgasme que lorsque leur clitoris est stimulé simultanément.

Le lien entre clitoris et vagin 

Les dernières études et sondages montrent très clairement qu’une majorité de femmes est clitoridienne et que la moitié de ces femmes est également vaginale. Or, on constate que la proportion de femmes qui se disent uniquement vaginales est extrêmement faible. On peut donc en conclure que le clitoris joue un rôle important dans le plaisir vaginal, mais que l'inverse n'est pas vrai.

Adeline Harmant