Une pilule contraceptive masculine bientôt commercialisée

© DRCopyright

Les moyens de contraception actuels sont majoritairement féminins 
Il  existe aujourd’hui plusieurs moyens de contraception disponibles sur le marché pour les couples, dont la plupart sont destinés aux femmes. Seul le préservatif masculin et la solution chirurgicale de la vasectomie, qui entraîne une stérilité définitive, sont proposés aux hommes.
Outre le stérilet, l’hystérectomie et le préservatif féminin, c’est aujourd’hui la pilule contraceptive féminine qui est le moyen de contraception le plus utilisé en France puisque plus de 60% des femmes la prennent.
Mais comme nous l’a tragiquement rappelé l’actualité médicale, prendre une pilule contraceptive n’est pas un acte anodin. En effet, il convient d’éviter certains comportements à risque comme le fait de fumer, pour se prémunir contre les problèmes cardio-vasculaires notamment. Il est donc injuste que les femmes soient aujourd’hui les seules à subir ces contraintes et ces risques.
 

Des expériences réussies 
Des chercheurs américains ont donc travaillé depuis maintenant plusieurs années à mettre au point une solution médicamenteuse destinée aux hommes sur un principe d’égalité. Récemment, la revue médicale Cell a publié une étude scientifique annonçant que cette solution était désormais possible et avait même été testée avec succès sur des souris mâles. La molécule utilisée pour cette contraception masculine est appelée « JQ1 ».
Son effet consiste en une baisse momentanée et rapide du nombre et de la mobilité des spermatozoïdes, ce qui empêche la fertilité.
Cette évolution scientifique est donc la première solution de contraception réversible pour la reproduction masculine.
 

Cette pilule sera-t-elle bientôt sur le marché ?
Il est encore trop tôt pour affirmer qu’une pilule contraceptive masculine va bientôt arriver sur le marché, puisque les expérimentations n’ont pour le moment été réalisées que sur des cobayes animaux. Cependant, selon l’équipe de chercheurs qui a travaillé sur cette molécule, il n’existe aucune contrainte à ce que le processus soit transposé à l’espèce humaine.
Il s’agirait alors bien entendu d’une véritable révolution en matière de contraception. Mais il faudra encore attendre la réalisation de tests complémentaires afin de prouver d’une part l’efficacité de cette technique sur l’homme et d’en détecter d’éventuels effets à long terme. Nous devrions cependant assister à la mise sur le marché de cette pilule d’ici quelques années tout au plus, ce qui mettra un terme au monopole de la contraception féminine.

A. Harmant