Seniors : la sexualité n’a pas d’âge !

© DRCopyright

Une libido toujours présente bien que moins pulsionnelle

Commençons par tordre le cou à une idée reçue totalement fausse selon laquelle, passé un certain âge, la libido disparaît. En effet, le désir sexuel reste présent tout au long de la vie, que ce soit chez l’homme ou chez la femme. La seule différence réside dans la vitesse à laquelle ce désir prend place. En effet, alors que l’envie sexuelle s’exprime physiquement de manière quasi-instantanée chez les jeunes, elle met plus de temps à engendrer des réponses physiologiques, comme l’érection, chez les personnes âgées. Les femmes peuvent également être sujettes à des problèmes de sécheresse vaginale puisque, là encore, la lubrification est plus lente.
Le troisième âge est donc le moment des préliminaires et des caresses en tous genres, ce qui n’exclut pas l’acte sexuel en lui-même.

Le 7ème ciel toujours accessible 

Les seniors connaissent toujours le plaisir sexuel et son aboutissement, l’orgasme, et ce, quel que soit leur âge. Mais ce plaisir est là encore légèrement différent de la jouissance des plus jeunes. Cela se traduit chez la femme par une durée moins importante de la phase orgasmique dont l’intensité est cependant inchangée.
Chez l’homme, la quantité de sperme lors de l’éjaculation est moins importante qu’auparavant avec une puissance d’expulsion également moindre. Il leur est aussi plus difficile d’avoir plusieurs rapports à la suite car une nouvelle érection demande un repos d’au moins 24 heures.
Mais la notion de plaisir change également avec le temps, puisque la plupart des hommes mûrs affirment trouver plus de plaisir qu’avant avant l’orgasme, qui n’est donc plus une fin en soi.

Les hormones ne sont plus en cause 

Si on a longtemps entendu parler des hormones comme étant la cause première des changements de sexualité avec l’âge, les dernières études scientifiques menées sur la sexualité des séniors tendent à démontrer que ce sont surtout les facteurs psychologiques qui influencent le plus le désir et ses réponses physiologiques. La ménopause et l’andropause ne signent donc pas l’arrêt de la sexualité.
Selon ces études, les couples de seniors en bonne santé physique et qui se disent bien dans leur vie ont une sexualité aussi épanouie que lorsqu’ils étaient plus jeunes. Les causes de la perte de libido ou des problèmes d’érection peuvent être variées, comme une baisse de la confiance en soi, le départ à la retraite, la maladie ou les problèmes de santé. Heureusement, une consultation chez un sexologue suffit le plus souvent à régler ces difficultés sans pour autant recourir automatiquement à une solution médicamenteuse.

Adeline Harmant